Touristes à la Mer de glace en été
Tourisme

Réorganiser les parcours et les équipements touristiques

Contexte

Suite aux changements climatiques qui engendrent la réduction des chutes de neige, l'élévation du niveau de la neige en altitude, la réduction de la permanence de la neige au sol, il faut s’attendre à ce que le tourisme d'hiver lié au ski se concentre seulement sur les sites les plus propices (notamment sur ceux qui sont situés en une altitude plus élevée).

Toutefois, dans les Alpes, le tourisme d‘été peut tirer profit du changement climatique, suite à l’amélioration du climat estival et à un prolongement de la saison. À cela s’ajoute le fait que les températures ont aussi tendance à grimper dans les agglomérations des Préalpes. On peut donc s’attendre à ce que les Alpes connaissent un net regain d'intérêt comme destination-refuge contre la chaleur estivale.

On assiste au décalage des saisons : il n'y a souvent pas de neige en novembre/décembre alors qu’il est toujours possible de skier en avril/mai, les conditions des voies d'escalade sont souvent plus favorables en septembre/octobre qu’en août. Il faut donc faire en sorte que les infrastructures soient également disponibles à l’entre-saison (remontées mécaniques, cabanes, etc.) et/ou prolonger la saison (nouvelles pratiques/habitudes à adopter, même si les vacances scolaires rythment les saisons).

Il s’avère, donc, important de développer la capacité d’adaptation des destinations touristiques par une réorganisation progressive des parcours (équestres, VTT, VAE, randonnée) et par la mise en place de nouveaux équipements pour le tourisme en plein air en musant sur le « tourisme 4 saisons ».

Aspects de gouvernance

  • Viser la mise en cohérence des aménagements avec les territoires limitrophes ;
  • valoriser la mobilité douce de loisir et les itinéraires pédestres ;
  • améliorer la sécurité des déplacements non motorisés et développer les circulations douces comme alternatives aux déplacements motorisés ;
  • viser la création d’un « bouquet modes doux » combinant plusieurs types d’offres d’itinéraires à partir des portes d’entrées du territoire concerné ;
  • assurer l'aménagement, la signalisation, l'entretien et la conservation des itinéraires de mobilité de loisirs, en limitant l'impact sur le paysage.

Aspects normatifs

  • Tout aménagement doit être dimensionné de façon à limiter l'impact sur le paysage et sur la perméabilité des écosystèmes (corridors écologiques) ;
  • toute installation doit garantir la conservation des signes du système agricole traditionnel;
  • il faut identifier les parties du territoire où interdire la réalisation de tout type de constructions et d’installations, même à caractère provisoire ;
  • limiter la réalisation d'équipements nouveaux, uniquement dans la mesure où ils s'avèrent nécessaires à la satisfaction des besoins.

Faiblesses et opportunités

Fiches de bonne pratiques déjà appliquées

Obligations pour la mise en œuvre en Vallée d'Aoste

Aspects de gouvernance

Les indications pour les équipements et les services touristiques ont déjà été établies dans l'art. 29- du Titre III "Normes par secteur" des NAPTP mais il faudra mieux détailler les caractéristiques des nouveaux parcours pour la mobilité douce et prévoir d'intégrer ces aspects dans la mise à jour des programmes de développement touristique des Communes.

Aspects normatifs :

Il faut insérer les nouveaux équipements touristiques et de loisir, en respectant les procédures d'établissement, d'adoption et d'approbation des variantes dans les instruments de planification à l'échelon communal, visés au Titre III de la LR11\98, et le cadre des espaces inconstructibles, vise au Titre V de la LR11\98, et viser à ce que le répertoire des équipements existant soit inséré dans les instruments de planification (PRG).

Il faut prévoir des annexes aux règlements communaux de la construction des stations touristiques détaillant les orientations techniques de la mobilité de loisir et des équipements touristiques.

Recommandations pour la mise en œuvre en Valais

Cette action est pertinente mais le Canton n’encourage cependant pas une baisse des flux touristique et lui préfère un rééquilibrage des flux via une hausse de la fréquentation lors des autres saisons. En effet, le Canton entend soutenir le tourisme durable dans lequel s’inscrit la mobilité douce de loisirs dans le cadre de la préservation de l’environnement alpin et du rééquilibrage des saisons touristiques (tourisme 4 saisons). Il s’est d’ailleurs d’ores et déjà doté d’une législation sur les itinéraires de mobilité douce de loisirs (LIML) ainsi qu’un règlement qui sont entrés en vigueur le 1er janvier 2012 ainsi qu’une stratégie Vélo et VTT en 2017. Le service de développement territorial (SDT) est chargé d’élaborer les conceptions directrices et d’établir la planification des différents itinéraires.

Cependant, il est de la compétence des communes d’établir les plans, l’aménagement, la signalisation et de réaliser l’entretien et la conservation des itinéraires et des ouvrages qui y sont liés. Les communes peuvent ainsi planifier leurs réseaux en tenant compte des tronçons de mobilité douce quotidienne en collaboration avec le canton et entreprendre les mesures de planifications nécessaires (adaptation du plan d’affectation de zones et/ou du règlement communal des constructions et des zones). Elles doivent annoncer tout itinéraire sur leur territoire en vue de le faire homologuer en fournissant au Canton les données SIG conformes au modèle de données cantonal. Le canton, par le biais du service de la mobilité, peut allouer des subventions aux communes pour ces travaux. Si certaines voies sont incluses dans l’Inventaire fédéral des voies de communication historiques de la Suisse, elles peuvent également demander une aide financière auprès de l’Office fédéral des routes.

A noter que le Canton conseille aux communes désirant mettre en place un itinéraire de consulter Valais Wallis Promotion avant la mise à l’enquête publique pour s’assurer que l’itinéraire en question fait ou fera partie de la promotion touristique cantonale. La chambre valaisanne du tourisme ainsi que Valrando sont également à disposition des communes pour des soutiens et des conseils liés à la mobilité douce de loisirs.

Documents et liens utiles

Adoptez cette action et laissez un témoignage

Vous pouvez décider d'entreprendre cette action et laisser un témoignage de votre engagement à partager avec les autres utilisateurs du site.

Adoptez cette action

Autres actions liées

Touriste sur le train en montagne
Maison de haute montagne Casermetta
Touriste sur le train en montagne

Ce site utilise des cookies nécessaires au fonctionnement et des cookies tiers pour améliorer l'expérience de navigation. Si vous souhaitez en savoir plus, consultez la politique de confidentialité. En poursuivant votre navigation, vous consentez à l'utilisation de cookies.

Informations sur les cookies