Contexte

En montagne, le réchauffement est plus fort qu’en plaine, la variabilité inter-annuelle des précipitations totales augmente, le ratio entre neige et précipitations totales (pluie + neige) est en nette diminution, surtout pour les scénarios d’émission élevée de gaz à effet de serre.

Très fréquemment on assiste à une consommation du territoire à travers une construction excessive qui conduit à la saturation et surtout à l'étanchéité des zones urbanisées. Tout ça va se croiser avec la présence dans certains cadres territoriaux d'un bâti existant parfois sous-utilisé et obsolète, porteur de problématiques environnementales et structurelles et surtout de gaspillage d'énergie.

Pour réduire la production du CO2, faire face à la hausse des températures, à la pénurie d'eau et aux problématiques de gaspillage de ressources et d'énergie il faut parfois encourager la démolition totale et la reconstruction, avec des meilleures prestations énergétiques, des bâtiments existants, qui ne possèdent pas des valeurs architecturaux et historiques, dans l'impossibilité de réhabilitation a coût raisonnable et avec des performances énergétiques valables.

Il faut donc évaluer la qualité du bâti existant soit du point de vue des prestations énergétiques (matériaux et équipements) que des prestations structurales, et, si elles se démontrent assez faibles, rendre possible la démolition. Ensuite, en partant d'une analyse environnementale du site où le\les bâtiment\s est\sont placé\s, reconstruire ayant l'attention de prendre en compte plusieurs aspects, c'est à dire: analyser les performances souhaitées pour l’enveloppe et les équipements et les performances énergétiques, prévoir l'utilisation de matériaux sains et naturels en utilisant parfois des principes bioclimatiques, recourir aux énergies renouvelables et aux systèmes hydro-économes, réutiliser les eaux pluviales par la réduction de l’imperméabilisation et la gestion des eaux pluviales à la parcelle, installer des systèmes de suivi des consommations, évaluer la durabilité souhaitée, évaluer des coûts d'entretien et de maintenance.

Il est pourtant nécessaire insérer dans les instruments de planification la possibilité de démolir le bâti existant, à certaines conditions et dans des zones spécifiques, en établissant des critères d'intégration environnementale et des performances et des qualités minimales requises pour la reconstruction.

La déclinaison des normes spécifiques résultant de cette action seront objet du Cas Pilote Courmayeur.

Faiblesses et opportunités

Bonnes pratiques déjà appliquées

Obligations pour la mise en œuvre en Vallée d'Aoste

Compléter les dispositions générales de mise en œuvre du plan d’aménagement communal par l’indication de la possibilité de démolition de certains bâtiments ou groupes de bâtiments.

Indiquer les zones dans lesquelles admettre la démolition\reconstruction dans le zonage du plan d’aménagement communal. Détailler les caractéristiques requises pour la reconstruction dans les règlements de construction.

Tout ça dans le respect des procédures d'établissement, d'adoption et d'approbation des variantes aux instruments de planification à l'échelon communal, dont au Titre III de la LR11\98, des procédures pour modifier les règlements communaux de la construction, dont au Titre VII de la LR11\98, de la discipline des espaces inconstructibles, dont au Titre V de la LR11\98 et dans le respect de ce qu'on a prévu avec la LR 24\2009.

Recommandations pour la mise en œuvre en Valais

Pour cette action, le Canton du Valais et la Confédération suisse misent davantage sur la rénovation des vieux bâtiments plutôt que leur destruction et sur le rôle clé des communes dans la transition énergétique en vertus des compétences décisionnelles majeures dont elles disposent (aménagement du territoire, autorisation de construire, approvisionnement en énergie, concessions hydrauliques). Elles peuvent ainsi montrer l’exemple en rénovant les bâtiments publics de façon ambitieuse. Elles peuvent également apporter des considérations énergétiques dans la révision de leurs règlements de construction et des zones (RCCZ) et des plans de quartiers.

Le Service de l’énergie et des forces hydraulique (SEFH) a mis sur pied un ensemble de documents visant à guider les communes et les propriétaires dans la rénovation des bâtiments et le Canton, la Confédération et certaines communes mettent à disposition des soutiens financiers.

Le Canton du Valais invite également les communes de l’espace Mont-Blanc à miser sur la valorisation des labels existants que ce soit en Suisse, en France ou en Italie. Parmi ces derniers on peut penser au certificat CECB, aux labels Minergie ou encore Cité de l’Energie.

Remarques : Une Cité de l’énergie est une ville ou une commune qui s’engage en faveur de l’utilisation efficace de l’énergie, de la protection du climat, des énergies renouvelables et d’une mobilité respectueuse de l’environnement, elle ne concerne pas un bâtiment à proprement parlé.

Documents et liens utiles 

Rénovation énergétique

Labels énergétiques

Informations subventions

Adoptez cette action et laissez un témoignage

Vous pouvez décider d'entreprendre cette action et laisser un témoignage de votre engagement à partager avec les autres utilisateurs du site.

Adoptez cette action

Autres actions liées

Panneaux solaires
Femme arrose le jardin
Panneaux solaires

Ce site utilise des cookies nécessaires au fonctionnement et des cookies tiers pour améliorer l'expérience de navigation. Si vous souhaitez en savoir plus, consultez la politique de confidentialité. En poursuivant votre navigation, vous consentez à l'utilisation de cookies.

Informations sur les cookies